vendredi 26 mars 2010

De l'art et de la manière de sortir d'un accélérateur de particules...

Mon p'tit blog était un pause depuis un moment pour cause de hum comment dire ... recentrage...

Il y a des moment dans la vie ou on se demande si cette route qu'on avait pris, celle qui semblait bien jolie et bien fleurie au départ s'est pas un peu transformé en cul de sac...Il a y des moments ou tout devient difficile, prendre les décisions et ne pas les prendre...Attendre et ne pas attendre, souffrir un peu, beaucoup, ou passionément... On ne pèse jamais assez les conséquences de nos actes et en même temps souvent réfléchir ne sert à rien...Alors...

Alors en désepoir de cause, il ne reste plus qu'un seul choix...Celui qu'on a toujours et qu'on a toujours eu faire confiance à nos émotions... et ressentir ce qu'il faut faire... Et là "Nos actes se détachent de nous comme des fruits murs". Papa m'avait acheté "l'existentialisme est un humanisme" de Sartre quand j'avais 20 ans. Je pense que c'est un livre qu'il faut relire. Je pense que finallement, je commence à avoir l'age de relire ...maintenant...

Donc voilà... Mais le battement d'ailes d'un papillon ...peut devenir un tsunami et là comment dire ça chie !!!

J'ai toujours pensé que la voie la meilleur bien souvent n'était pas la plus facile, tout dans ma vie m'a confirmé cette pensée... Alors voilà aujourd'hui, La poussinours familly a explosée... enfin depuis un moment déjà. Alors bien sur que c'est grave, bien sur que c'est triste, bien sur que c'est dur... Mais quand il ne nous reste plus rien, il nous reste quand même la cohérence et ça c'est quand même énorme.

Je voudrais juste dire merci à tous ceux qui m'ont aidés, certains plus que d'autre, à celui m'a donné le supplément de courage (il se recconaitra s'il passe par là..) Merci, à mon pok chéri qui est un genre de jimminy criket pour moi, à Madame POUET !!!,  à mon Fafa chéri qui me supporte tous les jours, et dieu sait que je suis chiante, à mes copines que j'aime j'en ai pas beaucoup mais je les aime, alors à tous ceux qui ont été gentils mais aussi à ceux qui ont été méchant (parce que mine de rien, même si ça aide à l'envers ..ça aide grave ! Il se recconaitra aussi s'il passe par là...)

Voilà alors comme la môme Piaf je peux hurler sur un coin de trotoire..."Non rien de rien...je ne regrette rien !" et puis maintenant la vie est enfin devant...Alors c'est putain de bien.

Pour conclure , je vais être un peu vulgaire...âme sensible fermer vos yeux délicats ...à la personne qui m'a dit que "la grosse célibataire de plus de 35 ans était ce qu'on pouvait tirer de plus facilement "(Dixit) Heu oui ...la bonne éducation n'est pas forcement ce qu'il y a de mieux partager dans le monde !!! je voudrais juste lui dire...Ben rien tiens ...JUSTE RIEN...PLUS RIEN...   

Posté par ikenor à 14:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur De l'art et de la manière de sortir d'un accélérateur de particules...

    ?

    Ben mince alors, parce que je ne connais plus rien de ta vie et que je ne lis que tes humeurs et tes déhumeurs via ce blog, je savais que qq chose de grave se tramait, mais je n'imaginais pas que cela soit aussi radicale. Je comprends entre les lignes que tu as fais des choix lourds de conséquence, que certains n'ont pas été que des plus délicats avec toi, que tu es une grande et que tu sais sans doute ce qui est le mieux pour toi, pour Pauline, pour ton histoire avec ton (ex ?) chéri... en tous les cas Maris, si tu as besoin de dire des choses, de t'épendre, de te répendre même, sache que je suis disponible. Même si c'est trop tard et que notre complicité est très très loin. Voilà, quelque mots de réconfort peut-être, une main tendue. Je te souhaite tout le courage possible pour mener à bien ta vie. Bise
    Carole

    Posté par carole, vendredi 26 mars 2010 à 16:13 | | Répondre
  • ?

    Ben mince alors, parce que je ne connais plus rien de ta vie et que je ne lis que tes humeurs et tes déhumeurs via ce blog, je savais que qq chose de grave se tramait, mais je n'imaginais pas que cela soit aussi radicale. Je comprends entre les lignes que tu as fais des choix lourds de conséquence, que certains n'ont pas été que des plus délicats avec toi, que tu es une grande et que tu sais sans doute ce qui est le mieux pour toi, pour Pauline, pour ton histoire avec ton (ex ?) chéri... en tous les cas Maris, si tu as besoin de dire des choses, de t'épendre, de te répendre même, sache que je suis disponible. Même si c'est trop tard et que notre complicité est très très loin. Voilà, quelque mots de réconfort peut-être, une main tendue. Je te souhaite tout le courage possible pour mener à bien ta vie. Bise
    Carole

    Posté par carole, vendredi 26 mars 2010 à 16:14 | | Répondre
Nouveau commentaire